Envoyez vos meilleurs souvenirs avec IBM France (témoignages écrits, photos, vidéos) en nous écrivant à l'adresse ibmcentenaire@gmail.com. Après modération, vos articles seront affichés sur ce blog.

mercredi 30 avril 2014

Mai 1997 : le match Deeper Blue contre Kasparov

Quand la machine décide.
Comment Deep Blue a battu Kasparov


La victoire de Deep Blue contre Garry Kasparov en 1997 fut historique. Pour la première fois, la puissance de calcul d’un ordinateur l’emportait face à l’expérience et l’intuition d’un champion ! Dans son livre « Behind Deep Blue », Feng-Hsiung Hsu nous révèle les « secrets de fabrication » de l’ordinateur champion du monde. Une aventure avant tout... humaine. 

La manche décisive a débuté depuis moins d’une heure, dans une salle comble et devant des millions de téléspectateurs. Soudain, le grand Garry Kasparov couche son roi noir sur l’échiquier et se lève. Sans un mot, bras levés, il quitte la salle. Il abandonne.
Son adversaire reste impassible, campé sur son mètre quatre-vingts et ses 1 400 kilos. Il vient pourtant de réaliser un exploit historique. Le nom de ce héros ? « Deep Blue », ordinateur sponsorisé par IBM et piloté par une équipe de 7 personnes. Pour Feng-Hsiung Hsu, informaticien mordu d’échecs, cette victoire est la consécration de 12 ans d’un travail acharné. Et pour le monde de l’intelligence, c’est un moment historique.
Une puissance de calcul hors du commun
Depuis l’invention de l’ordinateur au milieu du XXème siècle, les ingénieurs rêvent de construire une machine capable de rivaliser avec l’homme dans le plus célèbre des jeux de stratégie. Il aura fallu moins de 50 ans pour que le rêve devienne réalité ! Pour le créateur de Deep Blue, les secrets de ce succès sont simples : 256 processeurs spécifiquement développés pour les échecs, pilotés par 32 processeurs « généralistes »... et les milliers d’heures de travail d’une équipe d’hommes passionnés, mêlant informaticiens et grands maîtres du jeu d’échecs. « Deep Blue est à classer parmi les grandes aventures humaines », affirme Feng-Hsiung Hsu.

Mais revenons-en aux capacités « surhumaines » de Deep Blue. Sa puissance de calcul, notamment : capable d’évaluer 200 millions de positions par seconde, « Deep Blue parvenait à deviner le prochain coup de Kasparov la moitié du temps », affirme son créateur. Pour atteindre cette puissance, Feng-Hsiung Hsu a doté sa machine de trois fonctions : un générateur pour recenser l’ensemble des coups possibles, une fonction d’évaluation pour analyser chaque situation et élaborer des scénarios de jeu, et un module d’apprentissage, basé sur le modèle des réseaux de neurones et qui lui permet de « reconnaître » des positions déjà jouées sur un échiquier.

Transformer la quantité en qualité
Au-delà des processeurs, la qualité de la programmation est à la base de la victoire de Deep Blue. Après des années de mise au point de la machine elle-même, il aura fallu plus d’un an et plusieurs matchs de préparation à l’équipe de Feng-Hsiung Hsu pour entrer dans la mémoire de l’ordinateur tous les types de situations possibles et rendre l’ordinateur « autonome » dans une partie de haut niveau.
Et encore, tout n’avait pas été prévu ! Sans l’intervention express d’un maître des échecs, la rencontre aurait d’ailleurs pu tourner court. Garry Kasparov avait en effet prévu une tactique « anti-ordinateur » : en jouant des coups de débutant, il parvint à affoler son adversaire pour l’emporter dans la première manche. Il fallut une nuit entière de travail pour compléter la programmation de Deep Blue - lui réapprendre les bases, en quelque sorte. Le lendemain, pour la deuxième manche, le bluff de Kasparov était devenu dérisoire, et Deep Blue égalisa. « Vous avez su transformer la quantité en qualité ! », reconnut Kasparov.

En savoir plus...


Extrait de l'article "Quand la machine décide" www.decisio.info

Aucun commentaire:

Publier un commentaire